Google, le recentrage de Larry Page. Finis les hippies ?

Le 1° octobre, Map deviendra payant. Ne soyez pas mortifié, vous ne serez pas concerné. Seul l’API sera limitée à 25 000 cartes classiques par jour ou 2500 cartes personnalisées par jour : ne sera impacté que les développeurs d’applications, et encore si elles sont populaires. Cela avait été annoncé dès avril dernier, avec le changement des conditions d’utilisations.
Cette news m’a fait penser à une image toute bête : en train de virer des hippies à . Ben oui, à force de nous montrer des bureaux couverts de figurines , et des gens jouer au ping-pong, on en avait presque oublié que Google est une entreprise ! Alors depuis que Larry Page est revenu à la barre, un grand virage a été amorcé :à force de nous montrer des bureaux couverts de figurines geeks, et des gens jouer au ping-pong, on en avait presque oublié que Google est une entreprise !

  • finis les services pas populaires, pas assez performants ou pas monétisables ! Hop Blog Search, Books Data, Image Search, News Search, Patent Search, Safe Browsing (v1), Transliterate, Video Search, Virtual Keyboard… à la poubelle ! Le pire qui ferme, alors qu’il hébergeait des tonnes de projets intéressants pour de suniversitaires par ex. Les créateurs de ces projets essayent de les sauver comme Google Body Browser, un outil d’exploration du corps humain, qui renaitra dans une apli smartphone gratuite. Mais d’autres meurent définitivement
  • fini le tout gratuit ! C’est logique, Google n’est pas une association charitable. Autant la suppression de certain de ses services est discutable, la monétisation de leur service est elle logique et normale. Surtout qu’il s’agit d’une contrainte uniquement en cas d’exploitation importante d’un service. Google Translate passe lui aussi en mode limitation payante, et cela risque de contrarier certain webmaster.

En parallèle, Google joue au funambule sur la question de l’identité numérique. Pas d’anonymat sur Google+…  en fait peut-être que si, dans le futur et sans aucune idée du comment. Google Buzz supprimé au profit de Google+, Google Reader intégré dans Google+ et dernièrement Google veut authentifier votre contenu avec votre mail : Google+ ressemble de plus en plus à une identité numérique ! Sauf que contrairement à Facebook, Google a bien plus de services divers et crucial.
Ainsi, Google semble se replier sur lui-même (fin du support de l’https pour les recherches sauf pour Google analytic, lier son contenu avec son compte Google pour remonter dans le moteur de recherche…).

Certes, Google est en perte de vitesse comparé à Facebook, Yahoo, Apple … mais je doute que le protectionnisme soit la solution à leur problème. Au contraire, ils s’attirent les foudres de leur allié de toujours, les développeurs indépendants, et n’ont aucune image cohérente à montrer au public.

Un dernier mot sur son identité à elle : Google essaye tant bien que mal de se donner une cohérence. On le voit bien avec ce centrage autour de G+ et le redesign de (en vidéo sur Vimeo). On assiste peut-être à la renaissance d’un géant ; comme le phénix renait de ces cendres, Google recycle ces idées… M’enfin…

HS : dans le titre, se trouve une magnifique l’allitération… oui, on fait ce qu’on peut.

Sources : Maniac geek :: Clubic :: illustration