[Guide] Nos 3 coups coeur jeux-vidéos PC de cette année 2011

Le guide d'achat pour noël : pas de Modern Warfare, Battelfield ou autre... que du bon, beau et innovant

Il est reconnu qu’en ces temps moroses, les gens dépensent plus en divertissement. approche, et vous étiez dans votre grotte toute l’année ? Alors, voici notre conseil d’achat pour les -vidéos PC, en images et en français dans le texte.

The 2 : Assassins of Kings

Sorti en mai dernier, The Witcher 2 est la suite tant attendue du premier du nom qui a fait parler de lui pour sa richesse de scénario, son univers travaillé, ses graphismes magnifiques, et son gameplay discutable. Pour ce second opus, reprenez les compliments précédents et ajoutez y un gameplay retravaillé et très bon !

Quoi ? j’ai déjà tué la description en disant tout dans l’intro ? Ben oui mais c’est vrai ! Ce jeu est une tuerie ! Cela faisait très longtemps que je n’avait pas été pris dans un jeu ! Complètement immergé dans ce très riche univers. Quand je l’ai fini, je n’avais qu’une envie, y rejouer !

The Witcher 2 est véritable RPG qui met en scène Geralt, un sorcelleur qui a perdu une partie de sa mémoire. Dans cet univers médiévalo-fantastique, les sorcelleurs sont des gens entraînés et physiquement mutés pour tuer les monstres. Après avoir sauvé le roi dans le premier opus, vous devenez alors son garde du corps mais, comme le titre l’indique, vous ne pourrez empêcher son assassinat. Commence alors un longue quête entre poursuite de l’assassin et recherche de sa propre identité.
The Witcher 2, c’est de l’action, du flamboyant, des muscles, de la réflexion…. je ne sais pas par quoi commencer !
Le jeu est séparé en 3 actes plus un prologue introductif. Mais en guise d’introduction, on a là un « acte 0 » pas un simple tutoriel « Appuyez sur.. » ! Ainsi les tous premiers combats se font avec des alliés, afin d’apprécier le gameplay, les touches et autres subtilités. Une fois ces 5 premières minutes finies, vous êtes seul et là commence véritablement le jeu. The Witcher est un jeu qui va vous rappeler ce que mourir signifie. Je l’avoue sans honte, je suis mort presque 10 fois pour les 2 premiers combats… ensuite dès qu’on comprend le système, on meurt « seulement » lors des combats exigeants, ou par étourderie aussi. La difficulté vient du système de combat original : les potions, dont aucune ne guérit, se produisent en méditation donc hors combat. Par contre en combat, le changement de pouvoir magique et d’armes s’effectue via une roue de sélection très pratique et qui ralentit fortement le temps -utile pour souffler 1 seconde mais pas guère plus-.

On a adoré l’histoire immersive et interactive, le gameplay et les magnifiques graphismesUne fois le gameplay maîtrisé, on se laisse embarquer dans une aventure riche et interactive : les dialogues à choix multiples et vos actions lors des missions déterminerons la suite du jeu de manière radicale ! En effet, selon vos choix à la fin de l’acte 1 vous avez un acte 2 complètement différents : pas les mêmes missions, objets, camps etc ! Même le final permet des choix qui se répercuteront sur le 3° opus, car oui c’est certain, il y aura unThe Witcher3 ! Personnellement je n’ai jamais une telle rejouabilité.

A part un acte 3 un peu moins rythmé et la config optimale requise musclée, ce jeu est LE jeu de l’année ! Une seule question se pose : à quand le 3 ?

: Human Revolution

Deus Ex, premier du nom, a marqué toute une génération de joueur mais aussi les jeux-vidéos. Son univers novateur, riche et ouvert avec un excellent gameplay, que demander de mieux ? Une suite justement ! Après un second épisode qui n’a pas réussi à faire monter la mayonnaise malgré de bons ingrédients –j’aime bien les métaphores gastronomiques ^^-, les fans ont attendu bien longtemps le développement de Deus Ex : Human Revolution . 4 ans de travail ! Et pour un résultat… ben autant le dire tout de suite… au rendez-vous ! Même si je râlerais bien sur quelques points, en bon Français que je suis.

Deus Ex déjà, c’est quoi ? Pour beaucoup dont moi, une claque dont je ne m’en remets toujours pas…

Aah ! Qu’est donc que Deus Ex :Human Revolution ? -on va abréger à DE:HR si vous le voulez bien- Hum ! Je dirais avant tout un univers de science-fiction qui nous plonge dans les problèmes d’un futur qui se rapproche de plus en plus. On est sur la Terre, en 2027 dans ce 3° opus, soit avant le 1° opus. L’humanité est confrontée à des choix dus aux avancées technologiques : la biotechnologie permet à chacun d’avoir des augmentations bioniques. Ainsi, des biopuces sont transplantables dans le cerveau, pour permettre une connexion au réseau mondial Infolink, des membres de substitutions sont greffés etc. Vous jouez Adam Jensen le chef de la sécurité de Sarif Industries, une boîte qui développe et construit ces améliorations.
Eidos Montréal a mis beaucoup d’effort dans un gameplay ouvert à tous ! Vous aimez l’ à la Splinter Cell/Metal Gear Solid ? Ou vous êtes plutôt Gears of Wars/ COD ? Pas de problème ! il y en pour tous les goûts, du bourrin au fantôme-ninja, du sniper vicieux au pacifiste ! Les niveaux sont complètement pensés pour permettre plusieurs résolution, quelque soit votre jeu et quelque soit vos améliorations. Par exemple, vous êtes dans un couloir qui mène à une salle plein de méchants ? Vous pourrez casser un mur pour vous créer un passage, ou devenir invisible et jouez à cache-cache, les sniper de loin, les endormir aux fléchettes, y aller à la rambo avec grenades et fusil à pompe…

Quel genre est ce donc ? Heu très bonne question. Je dirais FPS-TPS-RPG futuriste avec option infiltration. Quand je dit en option, ce n’est pas genre contourner puis tirer : on parle d’une véritable infiltration où il est possible de ne pas tirer une seule fois, de ne jamais se faire voir.
On a aimé la richesse de l’univers, la direction artistique, le gameplay ouvert à tous et la rejouabilité. On a moins apprécié les Boss, la modélisation vieillotte ainsi que l’IA limitée artificiellement.Personnellement, j’ai joué en mode infiltration pour avoir les bonus Artiste (ne déclencher aucune alarme) et Fantôme (ne pas être vu : le plus dur des bonus) : des gains d’xp non négligeable qui récompense parfaitement cette manière hardcore de jouer (assommer un ennemi rapporte +20 xp de bonus (âme charitable) au lieu de tuer). Néanmoins, l’aspect infiltration souffre de quelques défauts : pas de gestion de la luminosité (pas de jauge, les lumières sont incassables et ne peuvent être éteintes), l’amélioration Invisibilité bridée par le niveau d’énergie -bon, ça on peut comprendre, le jeu serait trop facile-, l’IA limitée pas des zones (un garde en alerte basse ne sortira jamais d’une salle, même si on tire caché devant lui) et qui est à peine étonnée par des impact de balles devant elle (on peut jouer avec les gardes en tirant devant eux pour les isoler ou perturber leur ronde).
En mode FPS/TPS, on se met à couvert d’une touche (vue à la 3° personne) puis on tire les têtes qui osent se montrer (tir la 1° personne, sauf pour le tir de couverture). l’IA réagit très bien en nous encerclant, grenadant etc, mais reste un peu trop ciblée sur notre dernière position connue. Les armes ont très bon rendu et surtout peuvent être améliorée de manière importante : balles guidées pour le fusil mitrailleur -jouissif de tirer sans regarder-, laser pour le sniper, pack de puissance de feu…
L’aspect RPG se retrouve aussi dans la liberté de se balader dans les rues pour y trouver des missions secondaires, des planques d’armes, des raccourcis cachés… mais aussi dans les choix moraux proposés (dialogues, conclusion de missions). Ceux-ci ne sont pas très nombreux, et n’influeront que légèrement dans le scénario : seul votre façon d’appréhender le dernier niveau impactera la fin

HAaa la fin ! Mémorable ! Mythique ! Quel puissance dans la réflexion sur l’éthique et l’humanité ! Si les graphismes sont en retrait et les boss trop old school, le jeu reste une tuerie, allant de 10h de jeu (mission principale uniquement, pas de ballade, mode bourrin) à facilement une trentaine d’heures (qq missions secondaires, ballades dans la ville, gameplay intelligent), le tout étant facilement re jouable (je le conseille même !). Une générosité dont il serait bête de se priver à l’approche de Noël et de ces blockbuster MW3 et BF3.

En fait, je devrais surtout vous recommander le Humble Bundle, où j’ai obtenu Frozen Synapse et 7 autres jeux indépendants pour seulement 5$ ! Ainsi j’aurais pu parler du très bon Spacechem, de l’envoutant Trauma, ou de l’excellent Trine… mais c’est surtout Frozen Synapse qui nous marqué par son gameplay novateur.

Comme vous pouvez le constater, Frozen Synapse ne mise pas sur des graphismes ultra-réalistes, et je peux vous dire qu’il ne mise pas non plus sur une campagne solo explosive scriptée à mort à la Warfare ou autre…. NON ! Frozen Synapse fait partie de la culture alternative des jeux-vidéos : le genre de jeux qui passe des mois voire des années en phase BETA comme Minecraft et qui fédère une large communauté de joueurs exigeants.

Le deal est simple : vous gérez stratégiquement les faits et gestes d’une escouade, afin qu’ils survivent face à un ennemi tout aussi bien armé et généralement plus nombreux. Pas de tour par tour ni de temps réel, mais un étonnant et savant mélange des deux qui fait toute la particularité de ce jeu. On joue plusieurs tours par niveau, et chaque tour s’articule de la même manière en 2 phases : mise en place de la stratégie puis lecture de la stratégie. Or l’ennemi planifie en même temps que nous sa stratégie : donc tout le monde bouge lors la 2° phase ! Il faut donc anticiper les réactions de l’ennemi -on peut d’ailleurs simuler aussi les actions des unités adversaires et alliées- puis admirer sa mise en œuvre ratée ou non…

En gros un jeu d’échec où les deux joueurs jouent en même tempsLa maîtrise du panel des actions est indispensable la victoire : s’accroupir/se relever, tirer à vue ou non, viser, ignorer tel ennemi etc Le tutoriel très bien fait n’est donc pas du luxe pour appréhender toutes les subtilités du jeu. La vue du dessus est la seule disponible et on ne s’en plaint pas : elle est en 3D et offre un aperçu clair du niveau. Chaque niveau est généré aléatoirement (placement des unités et souvent des murs/obstacles) et les modes de jeux sont variés mais classiques : prise ou défense de zones, élimination totale de l’adversaire, protection VIP, ramassage d’objets …

On aime la réalisation soignée et le gameplay novateur. On aurait aimé plus d’ergonomie pour la planification des actionsLa campagne solo déçoit par son aspect « lecture de texte » de prime en anglais. Trine lui a des dialogues savoureux traduits et une narration orale. Cependant, la difficulté augmente au fur et à mesure, et est plutôt bien dosée, même si certains niveaux semblent insurmontables de prime abord : l’infériorité numérique et d’équipement est courante et l’IA alliée est volontairement lamentable la plus part du temps. En multi, la communauté est active et nombreuse : on peut d’ailleurs jouer plusieurs parties en même temps !

L’ambiance futuriste est exacerbée par des graphismes vectoriels travaillés : on aime les animations et dégradés en arrière-plan de chaque niveau, et les animations de morts des personnages sont jouissives. De plus, la bande sonore est de qualité et est téléchargeable séparément (payant).

On note tout de même quelques bugs de pathfinding -calcul du chemin- et un léger manque d’ergonomie pour la planification : les icônes sont petites pour ne pas surcharger mais du coup leur manipulation millimétrique demande de l’habitude.
Globalement le jeu est une pépite pour les amateurs de réflexion et de stratégie : il est vendu 20€ pour 2 licences sur Steam alors faites plaisir à vos amis aussi !